Le hors-série n° 67 de Tangente :
malaise pour un numéro très spécial…

Dans cet article Rémy Coste met en avant plusieurs points de vue sur le développement durable. C’est l’occasion pour lui de souligner l’importance de diversifier les sources et d’en vérifier la caution scientifique.

Rémy Coste

© APMEP Mars 2022

⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅♦⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅

Mathématiques du développement durable, une équation délicate… L’intitulé de ce numéro hors-série ne peut a priori que susciter un grand intérêt. Depuis qu’il est question des estimations sur les évolutions futures de notre planète et donc des simulations qui permettent de les réaliser, on sait bien que les mathématiques en sont évidemment au cœur, et que dévoiler les coulisses de leurs mises en œuvre se promet d’être très intéressant. L’ouvrage est constitué de quatre parties : Modéliser le climat, Ressources naturelles et énergies, Les paradoxes du transport, et Géographie humaine et biodiversité.

Après une première page intitulée En bref qui se livre à une analyse critique et sémantique un peu curieuse et discutable de l’expression Développement durable, on se lance donc dans la lecture en commençant par un premier article Développement durable, une problématique complexe. D’emblée, c’est la surprise. Il s’agit en fait d’une sorte d’éditorial sous forme d’une mise en garde lourdement répétée sur les divergences concernant la réalité des phénomènes et sur les évolutions à prévoir, à savoir :

  • divergences sur la place à donner aux animaux par rapport aux hommes,
  • divergence sur les limites des mesures pour protéger les humains de demain,
  • divergence sur les priorités des actions à mener, en particulier celles visant les modifications climatiques,
  • divergence des scientifiques sur la fiabilité des modèles mathématiques de prévisions sur l’avenir, et surtout,
  • divergence sur la réalité de l’influence de l’activité humaine sur l’évolution du climat…

Cette grande foire au doute et à la remise en question laisse perplexe. Mais la suite de l’article donne un éclairage sans équivoque sur le message délivré : selon les auteurs, il y a, d’un côté, les institutions dogmatiques considérant comme établi le dérèglement climatique causé par les activités humaines, de l’autre, les scientifiques climato-réalistes – c’est ainsi que les climato-sceptiques se sont renommés – seuls garants d’une rigueur et d’une prise en compte scientifique objective. D’un côté les faiseurs d’opinions en vogue, opportunistes politiques, auteurs de déclarations incontrôlées, de l’autre les militants pour une prise en compte du fait scientifique brut.

La perplexité laisse la place à un sentiment de malaise tant le parti-pris pour les climato-sceptiques est frontal, sans réserve ni recul. On comprend alors que l’objet de ce numéro hors-série de Tangente est clairement du lobbying pour en en faire la promotion, et que ce premier article en est une grille de lecture.

À quelques exceptions, l’ouvrage est une compilation de toutes les contestations et remises en cause rebattues depuis plusieurs années de ce qui est produit par les nombreux scientifiques, qui alertent le monde sur ce qui nous attend si nous ne changeons rien dans nos modèles de production, avec en ligne de mire privilégiée le GIEC1 bien sûr qui en prend pour son grade dans une tentative de discrédit, à coup d’arguments d’autorité.

Tout y est : il faut se méfier des chiffres et des statistiques publiés par les pouvoirs publics et les médias, les causes du changement climatique sont essentiellement naturelles et son origine anthropique est dérisoire, les observations sur les dernières décennies ne correspondent pas aux prévisions qui avaient été faites (p. 34) et ce n’est pas pris en compte par le GIEC (p. 38), les émissions de CO2 n’entraînent pas de réchauffement climatique lequel s’explique en fait par un « effet de marée des plus grosses planètes du système solaire » (p. 43), la fameuse courbe en crosse de hockey montrant une accélération brutale du réchauffement de ces dernières décennies est en réalité entachée d’une erreur de méthode statistique pour obtenir une régression (p. 48), les énergies décarbonées (éoliennes, photovoltaïques, moteurs électriques, etc.) sont au mieux d’un intérêt médiocre, au pire des leurres écologiques causes de gâchis financiers (à l’exception du nucléaire qui est par contre plébiscité (p. 74)), la promotion du déplacement en bicyclette dans les agglomérations est dérisoire et accidentogène (p. 105), les mesures visant la réduction du nombre d’automobiles dans les grandes villes sont contre-productives etc. Bref, le fil rouge de tous ces articles est de mettre en doute et de contester les études, les méthodes, les résultats, les conclusions sur le réchauffement climatique et les décisions prises ou envisagées pour mettre en œuvre une transition énergétique.

Mais, après tout, pourquoi pas ? Le doute fait partie de la démarche scientifique et il est normal et indispensable que les travaux des scientifiques soient soumis à l’expertise de leurs pairs. Bien évidemment, le GIEC comme les autres n’ont pas en être dispensés. Mais ce qui est vraiment très regrettable, c’est le parti-pris aussi polémique et partisan de Tangente pour faire un dossier uniquement à charge, surtout en passant sous silence le fait que plusieurs des thèses relayées dans cet hors-série de Tangente ont justement été très largement analysées, critiquées, et mises à mal. Une controverse n’est utile et éclairante que par la confrontation entre les différentes analyses scientifiques, avec la distance et la neutralité nécessaire.
Ici, il n’en n’est rien. Au contraire, de façon assez déloyale, les modifications, les ajustements, et les rectifications apportés dans les rapports successifs du GIEC prenant en compte de nouvelles mesures et une amélioration des simulations, sont interprétés comme de l’incompétence voire de la mauvaise foi. Regrettable également le ton global de cette machine à produire du doute tout azimut, risquant fort de semer la confusion et de donner l’impression que finalement la science ne permet pas vraiment d’y voir clair puisque toute étude scientifique est contestable, quelle que soit la caution dont elle bénéficie. Le billet d’humeur vent debout contre les mesures pour dissuader les automobilistes d’emprunter la capitale (p. 114), ou l’interview très surprenante d’un mathématicien dithyrambique sur Les réacteurs nucléaires à sels fondus (p. 74) en sont deux exemples.

Qui sont les auteurs sollicités par Tangente pour écrire ces articles ? Citons trois d’entre eux :

  • John Christy, climato-sceptique américain opposant virulent au GIEC,

  • Benoit Rittaud, mathématicien français, président de l’Association des climatos-réalistes2 en France, auteur de l’ouvrage Le mythe climatique et de nombreux articles polémiques et sarcastiques sur le net contre les thèses du réchauffement climatique,

  • François Gervais, physicien français auteur de L’urgence climatique est un leurre.

Il est curieux que Tangente n’ait pas estimé utile d’informer le lecteur sur leurs profils et leurs engagements.
Le 7 septembre 2018, 700 scientifiques français ont publié dans le journal Libération une tribune pour lancer un SOS face à l’urgence climatique, et plus récemment, dans une tribune, le 8 novembre 2019, 11 258 scientifiques issus de 153 pays se sont engagés à tout faire pour informer au mieux l’humanité des dangers qui la guettent. Évidemment le nombre ne fait pas la vérité, mais, à moins d’imaginer un complot international d’envergure, peut-on sérieusement penser que les « erreurs » parfois grossières dénoncées par les auteurs de ces articles soient incomprises par autant de scientifiques venus de toute la planète ? Seraient-ils tous incompétents ou malhonnêtes ? De nombreuses ressources montrent au contraire que ces arguments ne sont pas nouveaux et n’ont de cesse d’être combattus méthodiquement. Pourquoi cela n’est-il jamais évoqué ? On n’est pas dans une mise en doute constructive qui confronte les études dans un souci honnête et scientifique d’élucidation pour avancer dans les connaissances, mais bien dans une posture partisane qui brouille la compréhension de ce qu’est la recherche scientifique.

Alors, que conclure sur ce numéro hors-série ?
Malgré quelques articles intéressants et instructifs comme Des modèles pour la gestion responsable de l’eau (p. 60), Énergivores technologies de l’information (p. 82), Les mathématiques des éruptions solaires (p. 84), Darwin, le hasard et l’évolution (p. 118), Projections démographiques et réalité (p. 124), Le système proies-prédateurs (p. 132), La biodiversité en équations (p. 142), je referme ce hors série avec l’amertume de savoir qu’il a probablement rejoint tous les autres en bonne place dans les CDI des lycées, entraînant le risque d’une désinformation des jeunes lecteurs, et en donnant une idée fausse de ce qu’est un débat scientifique. Je regrette également l’absence d’articles sur les modèles mathématiques de simulation permettant aux scientifiques d’effectuer des prévisions sur l’avenir de notre planète.

Tangente aurait pu faire un numéro d’utilité pédagogique en illustrant avec les sujets de développement durable, ce qu’est la recherche scientifique, le statut de la vérité en sciences, et les procédures de sa validation, en opposition avec les postures de dissidence absurdes en sciences et les arguments d’autorité qui invectivent. Évidemment, l’équipe de rédaction peut prétendre que c’est justement ce qu’elle voulait faire. J’en doute, mais si c’est le cas, j’estime que c’est raté.

Quelques notes de lecture pour débattre en connaissance de cause :

Rémy Coste est professeur de mathématiques retraité.


  1. GIEC : Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’évolution du Climat. C’est un organisme intergouvernemental ouvert à tous les pays membres de l’ONU qui regroupe actuellement 195 États. Créé en 1988 à la suite d’une initiative politique de nature internationale, il dépend de l’Organisation météorologique mondiale et du Programme des Nations unies pour l’environnement.

  2. https://www.climato-realistes.fr/association-des-climato-realistes/.

Pour citer cet article : Coste R., « Le hors-série n° 67 de Tangente : malaise pour un numéro très spécial … », in Au Fil des Maths (APMEP), 13 janvier 2023, https://afdm.apmep.fr/rubriques/temps/le-hors-serie-n67-de-tangente-malaise-pour-un-numero-tres-special/.

Une réflexion sur « Le hors-série n° 67 de Tangente : malaise pour un numéro très spécial … »

Les commentaires sont fermés.