Nath & Phil – Épisode 1

Pierre Fournier & Richard Roussel,
Éditions MBP, 2018.

isbn : 978-2-95616-750-1.
Relié, 29,99 €.

« Nath & Phil », écrit par Pierre Fournier, professeur de mathématiques, et illustré par Richard Roussel, est édité par la maison d’édition MBP (Mathématiques Bien-Être et Performances) située à Alençon.

La quatrième de couverture indique, en bandeau, l’ambition du livre : « Enfin une vraie BD positive sur les maths », puis un encart précise : « Sa lecture vous procurera des sentiments de plaisirs en interrogeant les bases de la réflexion et du savoir. Vous vous sentirez comme transporté par le récit en prenant part à l’histoire… La création de Nath et Phil est née de la rencontre improbable d’un illustrateur international passionné d’Histoire et d’un professeur de mathématiques épris de philosophie. »

Les intentions sont donc sympathiques, malheureusement le résultat n’est pas à la hauteur. Le principe du récit prétexte à une promenade de découverte dans l’histoire d’une discipline est bien connu. « Le théorème du perroquet » de Denis Guedj, « Les étoiles de Compostelle » d’Henri Vincenot ou « Le voyage de Sophie » de Jostein Gaarder pour la philosophie, sont des exemples de réussites dans ce type d’exercice. Cependant, pour qu’un récit prenne appui sur des éléments de mathématiques ou d’histoire des mathématiques, il faut qu’il y ait un récit. Ici, il n’y a rien de tel. Deux personnages sont introduits au début de l’album, on nous indique qu’ils sont en vacances à Deauville, mais ensuite il ne leur arrivera rien. De chapitre en chapitre, les deux protagonistes conversent sur la plage ou ailleurs et leurs dialogues sont complètement artificiels. Il semble que l’auteur ne se soit pas intéressé à ses personnages, ce qui n’incite pas le lecteur à s’y intéresser davantage. On assiste simplement à une mise en scène supposée rendre le contenu scientifique plus attrayant, un peu comme dans les exercices des manuels pour lesquels l’auteur pense qu’il est plus motivant pour l’élève de résoudre l’exercice « Pierre veut calculer l’aire de sa chambre carrée… » plutôt que l’exercice
« Calculer l’aire du carré… »

Ce parti pris étant admis, on pourrait attendre une cohérence dans l’exposition des concepts mathématiques illustrés. Là encore l’attente sera vaine. Des questions sont ouvertes, par exemple le théorème de Varignon sur les milieux des côtés d’un quadrilatère, puis abandonnées. La plupart des questions restent sans réponse. Au fil de l’album, le lecteur saute de la géométrie à la numération, des mathématiques à la philosophie, mais sans s’engager bien loin dans aucun sujet.

En ce qui concerne l’aspect graphique, il ne faut pas se laisser tromper. Cet album, contrairement à ce que peut laisser penser son aspect ou le bandeau prometteur, n’est pas une bande dessinée. Son esthétique s’apparente à celle d’un cahier de vacances ou d’un manuel de petites classes avec beaucoup de dessins et quelques passages sous forme de dialogues scénarisés. Les illustrations sont claires, avec un recours original à l’exploitation d’images numériques. Selon les chapitres, la part laissée aux deux personnages est plus ou moins importante. Certains passages de l’album ne se démarquent pas du tout de l’allure des manuels scolaires.

En résumé, cet épisode 1 des « aventures » de Nath et Phil n’est pas conforme à ce qu’il annonce, mais il ne manque cependant pas d’intérêt. De brefs passages pourront utilement illustrer un cours, des questions posées dans l’album pourront servir d’introduction à une activité en classe. Le public cible sera plutôt à chercher du côté des enseignants que des élèves.

Pol Le Gall

Cet article est réservé aux adhérents.
Si vous êtes adhérent, il faut vous connecter sur cette page puis recharger cette page.