In memoriam Éric Trotoux

Voilà un an que notre collègue et ami, Éric Trotoux, disparaissait tragiquement. Nous publions ici des extraits de l’hommage écrit par l’IREM de Caen évoquant notamment son investissement au sein de l’APMEP .

Pierre Ageron

© APMEP Mars 2019

⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅♦⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅

Le vendredi 23 mars 2018, peu avant 14 h, en se rendant à l’assemblée générale de l’IREM de Caen, notre ami et collègue Éric Trotoux a été victime d’un accident de la circulation. Devant le campus Côte de Nacre, au débouché de la rue Colbert sur le boulevard du Maréchal Juin, son vélo s’est trouvé masqué par un fourgon utilitaire et a été renversé par un autre véhicule. Transporté en état d’urgence absolue au CHU, et malgré des soins de haute qualité, Éric n’a pu être réveillé et est mort le 21 avril. Lors de l’hommage qui lui a été rendu le 26 avril au cimetière de Vaucelles, les animateurs de l’IREM étaient très nombreux. Chacun appréciait sa gentillesse, son intelligence, son dynamisme, son ouverture.

Éric Trotoux, né en 1954, a grandi en banlieue parisienne et a fait ses études au lycée Condorcet de Paris, mais sa patrie de cœur et de famille est dans le Cotentin, à Carteret, puis Portbail. En 1973, il intégra l’École normale supérieure de l’enseignement technique, dite plus tard ENS de Cachan, dans la section des mathématiques. Il y rencontra Odile Bruneau, qu’il épousa en 1976. Dans la même promotion, Pierre Vallois, aujourd’hui professeur à l’université de Lorraine, se souvient : « Dès la première année, des petits groupes se constituèrent par affinité. Éric a aussitôt joué un rôle fédérateur ; nous nous retrouvions à plusieurs pour prendre le café dans sa chambre. J’ai apprécié sa discrétion, sa gentillesse, sa franchise ; nous nous sommes rapidement liés d’amitié. Nous avons préparé ensemble l’agrégation de mathématiques en 1976 ; juste avant les épreuves écrites, nous avons réalisé avec Odile un beau circuit cycliste dans les Vosges. » Autre ancienne de cette promotion, Danièle Gibbons, professeur dans l’Isère, confirme : « Éric était un donneur de tout, sauf… de leçons ! Sa générosité était désintéressée et humble : avec une patience et une bienveillance souriantes, il partageait tant son amour de la bonne cuisine et des chansons de Boulat Okoudjava que ses talents de danseur, d’automobiliste et de barista ».

Après son succès à l’agrégation, Éric suivit en quatrième année un DEA — on dirait aujourd’hui un master 2. Il n’a pas souhaité continuer dans la recherche. Éric devint donc professeur. Au début de sa carrière, il enseigna au lycée Salvador Allende d’Hérouville Saint-Clair. En 1990, il fut affecté dans les classes préparatoires économiques et commerciales — on disait alors prépas HEC — du lycée Charles de Gaulle de Caen. Il accéda à la chaire supérieure en 2001 et devint responsable de la deuxième année. Interviewé en 2009 par le magazine Challenges, il décrivait son établissement comme une « prépa familiale de province » où un suivi attentif, des journées d’intégration et un stage en entreprise permettaient aux élèves de remarquables résultats aux concours. Professeur d’élite, il n’en tirait aucune fierté particulière. Son collègue Jérôme Jousset, professeur dans les classes secondaires du même lycée, insiste sur sa simplicité et sa générosité bienveillante : « Quand il a fallu enseigner à nouveau les lois statistiques, Éric nous a donné en interne une formation ; il était tellement modeste qu’il nous faisait toujours penser que c’étaient nous, les collègues, qui étions les plus intelligents — plus que lui ! C’était toujours ainsi lorsque nous lui demandions une aide en mathématiques. » Éric fut admis à la retraite à la fin de l’année 2015.

Éric a sans relâche participé au comité de la Régionale caennaise de l’APMEP et la présida de 1994 à 1999. Muriel Alliot qui lui succéda témoigne : « Il était convaincu de l’importance du partage de connaissances et d’expériences entre collègues de tous horizons, savait nous suggérer des idées nouvelles ou des personnes pour les conférences de nos journées régionales, relayait les nouveaux textes administratifs avec ses remarques pertinentes et argumentées ». Il participait souvent aux Journées Nationales de l’APMEP et contribua beaucoup à la réussite de celles qui se sont tenues à Caen en 2005.


⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅♦⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅

Pierre Ageron est professeur de mathématiques à l’Université de Caen Normandie .

Notre présidente, Alice Ernoult, raconte : « J’ai connu Éric par l’association des profs de prépa HEC. Il y a des profs de maths particulièrement généreux dans cette association, Éric était l’un d’eux. J’étais heureuse quand j’ai découvert qu’il était aussi à l’APMEP ! Je me suis dit que j’aurais du coup plein d’occasions pour échanger plus avec lui, même après son départ en retraite… ».

L’équipe d’Au fil des maths ainsi que le bureau de l’APMEP n’ont pas oublié Éric dont le sourire illuminait régulièrement les Journées de l’APMEP.

Pour citer cet article : Ageron P., « In memoriam Éric Trotoux », in Au Fil des Maths (APMEP), 28 juin 2019, https://afdm.apmep.fr/rubriques/temps/in-memoriam-eric-trotoux/.

Une réflexion sur « In memoriam Éric Trotoux »

Les commentaires sont fermés.