De surprenantes arithmétiques (I)

André-Jean Glière a animé l’atelier « SurpreNantes arithmétiques » lors des journées de l’APMEP à Nantes (octobre 2017). Dans ce premier article, il évoque les nombres palindromes, les nombres de Lychrel et l’algorithme de Kaprekar.

André-Jean Glière

⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅♦⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅⋅

J’ai toujours pensé que la théorie des nombres était une science expérimentale et d’ailleurs, avant l’existence des ordinateurs, Gauss, Ramanujan et bien d’autres la considérèrent ainsi.

Richard Kenneth Guy 1

Introduction

L’origine de ce travail vient du sacro-saint rituel des bons vœux adressés le jour de la rentrée de janvier aux étudiants de la classe de MPSI de l’ÉSÉO2 à laquelle j’enseigne les mathématiques et l’informatique. Depuis quelques années, j’ai pris l’habitude, avant de les traumatiser à vie avec la formule de Taylor avec reste intégral et de les mettre KO avec la démonstration du théorème de Bolzano-Weierstrass, de les échauffer pendant quelques minutes en manipulant les nombres entiers. La nouvelle année s’est révélée être chaque fois un bon prétexte. Par exemple, 2016 a été l’occasion de jouer avec les nombres triangulaires et les nombres hexagonaux. Ce dernier est en effet le 63e nombre triangulaire : \[2016=1+2+3+\cdots+63=\frac{63\times64}{2}\] et est également le 32e nombre hexagonal : \[2016=(2\times32-1)\times32\]

Figure 1 : \(2016\) est le 63e nombre triangulaire et le 32e nombre hexagonal

Quant à 2017, outre le fait qu’il soit le 306e nombre premier (ce qui n’est pas rien et qui m’a donné prétexte à exposer les résultats d’Hadamard et de La Vallée Poussin, rien que ça !), il m’a fourni un palindrome sympathique dès le premier calcul :
\[2017+7102=9119.\]

Par suite, en consultant la littérature sur le sujet, en particulier les livres passionnants de Jean-Paul Delahaye et l’incontournable Dictionnaire de (presque) tous les nombres entiers de Daniel Lignon, et les pages de certains sites dédiés comme celles de Sayrac3, j’ai découvert un bestiaire fabuleux. Des nombres de Harshad, divisibles par la somme de leurs chiffres, aux nombres de Carmichael, pseudo-premiers de Fermat, en passant par les nombres-pizzas dans le plan ou les nombres-cakes dans l’espace, et les nombres de Fibonacci, de Tribonacci, de Lucas ou de Padovan, la liste est inépuisable et on en a pour tous les goûts et tous les appétits.

Il a fallu donc choisir de parler de quelques-uns d’entre eux. Et puisque c’est une mathématique ludique dont il s’agit, il y a quelque temps on aurait dit récréative, adressée à des collégiens, à des lycéens et éventuellement à des étudiants qui veulent reposer leurs neurones trop sollicités par les définitions epsilonesques de Weierstrass (encore lui !), j’ai proposé durant l’atelier quatre processus itératifs simples (mais pas simplistes), quatre algorithmes que l’on peut aisément coder en langage Python, le langage informatique officiel de l’enseignement en classes préparatoires.

Cet article traite, entre autres, des nombres palindromes, des nombres de Lychrel, de la constante de Kaprekar et des nombres heureux. Je ne présente ici que trois algorithmes. Dans un second article, j’en exposerai un quatrième.

1. Nombres palindromes

Un nombre palindrome est un nombre qui peut se lire indifféremment de gauche à droite ou de droite à gauche. Il possède donc une « symétrie ».

Exemples :

  1. Tous les nombres à un chiffre en base dix : \(0\), \(1\), \(2\), \(3\), \(4\), \(5\), \(6\), \(7\), \(8\), \(9\). Il fallait les mentionner, mais cela n’est pas passionnant.

  2. Les neuf nombres \(11\), \(22\), \(33\), \(44\), \(55\), \(66\), \(77\), \(88\), \(99\). C’est mieux, mais encore ?

  3. Il existe quatre-vingt-dix palindromes à trois chiffres. Pourquoi ? Parce que… Parce que c’est évident : bien sûr, pour conserver la symétrie, il suffit d’intercaler entre les deux chiffres identiques des neuf palindromes précédents les dix chiffres précédemment cités: \(101\), \(111\), \(121\), …, \(191\), \(202\), \(212\), \(222\), …, \(303\), \(313\), \(323\), …, \(909\), \(919\), \(929\), …, \(999\).

  4. De même, symétrie oblige, il existe exactement quatre-vingt-dix palindromes à quatre chiffres. Bizarre, non ? Pas du tout. Il suffit d’intercaler entre les deux chiffres identiques des neuf palindromes à deux chiffres identiques deux chiffres identiques. C’est du Raymond Devos ! \(1001\), \(1111\), \(1221\), \(1331\), \(1441\), \(1551\), \(1661\), \(1771\), \(1881\), \(1991\), …, \(9009\), \(9119\), \(9229\), …, \(9999\).

  5. Dans le défi mathématique n°1 du journal Le Monde, Cedric Villani demandait le nombre de palindromes à trois-cent-cinquante-et-un chiffres4.

Programme Python n° 1

Il se compose de deux fonctions et d’une procédure.

La première fonction prend en paramètre une chaîne de caractères chaine, autrement dit un mot, et retourne la chaîne de caractères renversée.

Fonction renverse
def renverse (chaine): 
        resultat = ' '
       for x in range( len (chaine)): 
       resultat += chaine[len(chaine) - 1 - x]
       return resultat

La seconde fonction prend en paramètre un nombre nombre, le transforme en chaîne de caractères, autrement dit en un mot et retourne un booléen : Vrai pour un palindrome, Faux sinon.

Fonction palindrome
def palindrome(nombre):
chaine = str (nombre)
return  chaine == renverse ( chaine )

La procédure prend en paramètre un entier maximum nMax et affiche chaque palindrome inférieur  à nMax ainsi que le nombre de palindromes inférieurs à nMax.

Procédure ListeNomPalin
def ListeNomPalin ( nMax  ):
print  ("Liste_des_palindromes_ de _2_ à _{}"
format(nMax))
nb=0
for k in range(nMax+1):
if(palindrome(k) == True):
print(k,end = "; _")
nb = nb+1
print("Il_y_ a_", nb, 
"_palindromes_inférieurs_à_", nMax )

2. Algorithme de Lychrel

L’algorithme est le suivant :

Pour un nombre entier naturel \(n\), on calcule
\(L(n) = n + \tilde{n}\)\(\tilde{n}\) est le nombre dont les chiffres sont écrits dans l’ordre inverse de \(n\). Puis on réitère cette opération jusqu’à obtenir un palindrome.

Depuis quelques années, avec mes étudiants, je teste la nouvelle année. Voyez-vous-même :

$$\begin{aligned}
L(2018)=2018+8102 = 10120\\
\text{ et } L(10120) = 10120 +2101 = 12221\\
\end{aligned}$$

On obtient là un palindrome en deux itérations. On est souvent encore plus chanceux :

$$\begin{aligned}
L(2017) = 2017 + 7102 = 9119,\\
L(2016) = 2016 + 6102 = 8118,\\
L(2015) = 2015 + 5102 = 7117,\\
L(2014) = 2014 + 4102 = 6116,\\
\text{ etc} \ldots \end{aligned}$$

on obtient un palindrome en une seule itération en remontant jusqu’en l’an 2000, sauf pour l’année 2002 qui en est déjà un (la chanceuse) et l’année 2008 qui nécessite elle aussi itérations (la pauvre) : \(L(2008)= 2008 + 8002 = 10010 \) et \(L( 10010 )= 10010 + 1001 = 11011\).

Si vous remontez encore, l’année 1999 est plus coriace, car il ne faut pas moins de sept itérations pour obtenir le palindrome \(712217\). Vérifiez-le.

En essayant un grand nombre de valeurs, on s’aperçoit qu’en général on obtient un palindrome en seulement quelques étapes. Je dis bien en général car bien sûr certains se font remarquer ! Pour les nombres inférieurs ou égaux à \(100\), on a besoin au maximum de six itérations sauf pour \(89\) et donc évidemment aussi pour \(98\). En effet, il leur faut vingt-quatre itérations pour atteindre un palindrome ! Vous pourrez le vérifier avec le code Python ci-dessous.

Programme Python n° 2

Il s’agit d’une procédure prenant en paramètre un nombre nombre, utilisant une boucle tant que et les deux fonctions précitées renverse et palindrome, et affichant le palindrome trouvé et le nombre d’itérations nécessaires.

Procédure testDeLychrel
def testDeLychrel ( nombre, maxIterations ) : 
iterations=0
while (iterations < maxIterations):
if (palindrome(nombre)):
print (“On_a_trouvé_un_palindrome
_%d_en_%d_itérations"
%(nombre,itérations))
return
print ( nombre, "_ +_" ,
int (renverse ( str(nombre))) , "_=_" ,
nombre + int ( renverse  (str (nombre))))
nombre = nombre + int (renverse  ( str (nombre)))
iterations += 1
print("raté")

Notez que l’on se réserve le droit de ne pas faire tourner la machine trop longtemps en bornant le nombre d’itérations par \(maxIterations\) et en se donnant la possibilité d’afficher  « raté » au cas où. Pourquoi cette précaution ? Tout simplement parce que certains nombres échappent au test de Lychrel. Je veux dire que, malgré un très grand nombre d’itérations, mais alors un très très très grand nombre d’itérations, on est dans l’impossibilité d’obtenir un palindrome avec cet algorithme.

De tels nombres sont appelés des nombres de Lychrel5.

Figure 2 : Le plus petit nombre de Lychrel potentiel connu.

Le plus petit nombre de Lychrel potentiel connu à ce jour est \(196\).
Il a atteint un nombre à un million de chiffres après… \(2\,415\,836\) itérations sans parvenir à un palindrome ! Il existe treize nombres inférieurs à \(1\,000\), candidats à l’appellation nombre de Lychrel, c’est-à-dire pour lesquels on n’a pas trouvé pour le moment de palindrome :

\(196\), \(295\), \(394\), \(493\), \(592\), \(689\), \(691\), \(788\), \(790\), \(879\), \(887\), \(978\), \(986\).

Il existerait deux-cent-quarante-six nombres de Lychrel suspectés inférieurs à \(10\,000\).

Mais on doit rester très prudent. En 2005, Jason  Doucette a en effet produit un palindrome à partir du nombre \(1\,186\,060\,307\,891\,929\,990\) en deux-cent-soixante-et-une itérations ! Vous pouvez essayer avec la procédure précédente. En quinze secondes, vous verrez défiler des dizaines de milliers de chiffres et deux-cent-soixante-et-une itérations. C’est beau et c’est indolore !

3. Algorithme de Kaprekar

Voici un deuxième algorithme, tout aussi séduisant que le précédent, en tout cas tout aussi simple. Car l’intérêt de ces mathématiques est leur simplicité. Elles sont compréhensibles par tout un chacun.

Il s’agit de l’algorithme de Kaprekar6.

Figure 3 : Dattatreya Ramachandra Kaprekar (1905-1986).

L’algorithme est le suivant :

Soit un naturel \(n\), on calcule \(K(n) = M – m\)\(m\) est le nombre dont les chiffres sont ceux de \(n\) écrits dans l’ordre croissant et \(M\) est le nombre dont les chiffres sont ceux de \(n\) écrits dans l’ordre décroissant. Puis on réitère le calcul \(K(n)\), on construit ainsi la suite des itérés: \(K(n)\), \(K(K(n))\), \(K(K(K(n)))\), … jusqu’à obtenir… au fait quoi ?

Pour commencer, essayons:

  • des nombres à un chiffre :

    \(K(8) = 8 – 8 = 0.\)

  • des nombres à deux chiffres :

    $$\begin{aligned}
    K(54) &= 54 – 45 = 9,\\
    K(9) &= 9 – 9 = 0.\\
    \end{aligned}$$

    $$\begin{aligned}
    K(75) &= 75 – 57 = 18,\\
    K(18) &= 81 – 18 = 63,\\
    K(63) &= 63 – 36 = 27,\\
    K(27) &= 72 – 27 = 45,\\
    K(45) &= \ldots = 0\\\end{aligned}$$

    À vous : calculez \(K(13)\).

  • des nombres à trois chiffres :
    $$\begin{aligned}
    K(121) &= 211 – 112 = 99,\\
    K(99) &= 99 – 99 = 0.\\\end{aligned}$$
    $$\begin{aligned}
    K(149) &= 941 – 149 = 792,\\
    K(792) &= 972 – 279 = 693,\\
    K(693) &= 963 – 369 = 594,\\
    K(594) &= 954 – 459 = 495,\\
    \mathbf{K(495)}&=954-459= \mathbf{495}.\end{aligned}$$

    À vous : calculez \(K(231)\), \(K(527)\), \(K(619)\), \(K(879)\), \(K(999)\).

  • des nombres à quatre chiffres :

    $$\begin{aligned}
    K(1256) = 6521 – 1256 = 5265\\
    K(5265) = 6552 – 2556 = 3996,\\
    K(3996) = 9963 – 3699 = 6264,\\
    K(6264) = 6642 – 2466 = 4176,\\
    K(4176) = 7641 – 1467 = 6174,\\
    \mathbf{K(6174)}= 7641 – 1467 = \mathbf{6174}.
    \end{aligned}$$

    $$\begin{aligned}
    K(3245) &= 5432 – 2345 = 3087,\\
    K(3087) &= 8730 – 378 = 8352,\\
    K(8352) &= 8532 – 2358 = \mathbf{6174}.\\
    \\\end{aligned}$$

    \(K(4444)= 0.\)

    À vous : calculez \(K(7744)\), \(K(7895)\).

Il est évident que, pour un nombre à un chiffre, l’algorithme mène à \(0\). C’est ce que l’on appelle un cas dégénéré.

Pour un nombre à deux chiffres, il semble en aller de même. Il est facile de le prouver. Considérons un entier naturel \(n\) dont les deux chiffres en base dix sont \(a\) et \(b\). Comme \(K(\overline{ab})=K(\overline{ba})\), on peut supposer que \(a\geqslant b\) ; il vient alors \[K(n)=\overline{ab}-\overline{ba}=10a+b-10b-a=9(a-b).\] \(K(n)\) est donc un multiple de \(9\). Par conséquent, il suffit de connaître l’aboutissement de l’algorithme de Kaprekar pour tous les multiples de \(9\). Nous avons déjà rencontré dans les exemples les nombres \(9\), \(18\), \(27\), \(36\), \(45\) et \(99\) : ils aboutissent à \(0\).

Les nombres « miroirs » \(54\), \(63\), \(72\) et \(81\) ont la même issue \(0\) (deux nombres miroirs ont la même image). Enfin, \(K(90)=81\), et il aboutit donc lui aussi à \(0\). CQFD.

Si les nombres à un ou à deux chiffres mènent tous à des cas dégénérés, il n’en va pas de même pour les nombres à trois et à quatre chiffres. Là, une surprise nous attend ! Au vu des quelques exemples donnés plus haut, nous pouvons conjecturer que, pour un nombre à trois chiffres, l’algorithme de Kaprekar aboutit à un cas dégénéré dans un petit nombre de cas et, dans tous les autres cas, au nombre \(495\), appelé point fixe de la fonction \(K\).

Inutile de se priver du plaisir de faire de cette conjecture une propriété. La démonstration est à peine plus compliquée que la précédente.

On choisit un nombre \(n\) dont les trois chiffres en base dix sont pris \(a\), \(b\) et \(c\). On a bien compris que l’ordre des chiffres dans le nombre \(n\) ne change pas son image. Par exemple, \(K(397)=K(973)\). On peut donc supposer que \(a\geqslant b\geqslant c\). Il vient alors :

\[\begin{aligned}
K(n)&=K(\overline{abc})-K(\overline{cba})\\
&=100a+10b+c-(100c+10b+a)\\
&=99(a-c).\end{aligned}\]

\(K(n)\) est donc un multiple de \(99\). Par conséquent, comme tout à l’heure, il suffit de connaître l’aboutissement de l’algorithme de Kaprekar pour les nombres de la forme \(99\times k\)\(k\) est un nombre entre \(0\) et \(9\), soit pour \(891\), \(792\), \(693\), \(594\), \(495\), \(396\), \(297\), \(198\), \(99\) et \(0\).

Figure 4 : Point fixe de K pour les nombres à trois chiffres.

Les cinq premiers sont des images successives de l’algorithme: \(K(891)=792\), \(K(792)=693\), etc. Ils aboutissent tous à \(495\). Les trois suivants sont des miroirs des nombres que nous venons d’étudier. Ils aboutissent donc eux aussi à \(495\). Enfin, \(99\) et \(0\) sont dégénérés.

Conclusion : hormis les cas dégénérés, l’algorithme de Kaprekar se termine pour les nombres à trois chiffres par \(495\). On peut montrer qu’il le fait en au maximum cinq itérations.

Pour un nombre à quatre chiffres, on démontre de même que, hormis les cas dégénérés, l’algorithme de Kaprekar se termine par \(6174\) en au maximum sept itérations. Le nombre \(6174\) est appelée la constante de Kaprekar.

Figure 5 : La constante de Kaprekar.

Résumons : les points fixes de \(K\) sont, pour un nombre à trois chiffres : \(495\) et, pour un nombre à quatre chiffres : \(6174\).

Programme Python n° 3

Les deux premières fonctions permettent respectivement de transformer un nombre en la liste de ses chiffres et une liste de chiffres en un nombre en passant par l’intermédiaire d’une chaîne de caractères. Cela sera très utile pour pouvoir ordonner les chiffres du nombre du plus petit au plus grand et vice-versa (les listes sont faciles à ordonner). La première prend un nombre nombre en paramètre et retourne une liste tab, tandis que la deuxième prend une liste liste en paramètre et retourne un nombre int(chaine).

Fonction nombreEnListe
def nombreEnListe(nombre):
chaine =str(nombre)
tab = []
for caract in chaine:
tab = tab + [int(caract)]
return tab

 

Fonction listeEnNombre
def listeEnNombre(liste):
chaine = “ ”
forkin range(len(liste)):
chaine = chaine + str(liste[k])
return int(chaine)

 

La troisième fonction prend un nombre nombre en paramètre, appelle les deux fonctions précédentes et retourne \(K(\text{nombre})=M-m\).

Fonction diffGrandPetit
def diffGrandPetit(nombre):
l = nombreEnListe(nombre)
m = listeEnNombre(sorted(l)) #ordre croissant
M = listeEnNombre (sorted(l,reverse = True))
#ordre décroissant
print (M,"_-_", m ,"_ =_",M - m)
#affichage de M - m
return M - m

La procédure suivante prend en paramètre un nombre nombre, calcule \(K(\text{nombre})\) et réitère le calcul avec \(\text{nombre} = K(\text{nombre})\) tant que nombre n’est pas un point fixe de la fonction \(K\) ou que nombre soit nul.

Fonction kaprekar1234
def Kaprekar1234(nombre):
compteur = 0
n1 = nombre
n=diffGrandPetit(nombre)
while(n != nombre):
if(n == 0):
break
nombre = n
n = diffGrandPetit(nombre)
compteur = compteur+1
if(n == 0):
print("Cas_dégénéré")
else:
print("Le_nombre_",n1,
"est_associé_à_la_constante_",
"de_Krapekar_",nombre, "_en_",compteur,  "_itérations.")

 

Pour conclure et aller plus loin, on peut vérifier que:

  • Pour un nombre à cinq chiffres, la fonction de Kaprekar n’a aucun point fixe, mais trois cycles, un de longueur \(2\) : \((53955, 59994)\) et deux de longueur \(4\) : \((61974, 82962, 75933, 63954)\) et \((62964, 71973, 83952, 74943)\).

    Autrement dit, l’algorithme se termine soit sur un cas dégénéré, soit sur un cycle de longueur \(2\) ou un cycle de longueur \(4\).

  • Pour un nombre à six chiffres, la fonction de Kaprekar a deux points fixes \(549945\) et \(631764\), et un cycle de longueur \(7\) :

    \((420876, 851742, 750843, 840852, 860832, 862632, 642654)\).

    Autrement dit, l’algorithme se termine soit sur un cas dégénéré, soit un point fixe, soit sur le cycle de longueur \(7\).

4. Nombres heureux, nombres malheureux

Nous arrivons maintenant à un troisième algorithme très abordable pour le néophyte. C’est par celui-ci que je commence en général la nouvelle année avec mes étudiants. Ils déchantent souvent parce que, depuis l’an 2000, les années se succèdent et se montrent désespérément malheureuses. Je m’explique :

L’algorithme est le suivant :

Soit un entier naturel \(N\) écrit en base dix : \[N=\overline{a_n a_{n-1}\dots{} a_1 a_0}.\]

On calcule la somme des carrés de ses chiffres : \(S_2(N)=\displaystyle\sum_{k=0}^{n}a_k^2\).

On réitère le calcul avec la somme obtenue, construisant ainsi la suite des itérés7: \(S_2(N)\), \(S_2(S_2(N))\), \(S_2(S_2(S_2(N)))\), … jusqu’à ce qu’apparaisse un résultat remarquable. Et rassurez-vous, il apparaît rapidement.

Essayons \(2018\), histoire de bien commencer l’année. La suite des stérés est : \(2018, 69, 117, 51, 26, 40, 16, 37, 58, 89, 145, 42, 20, 4, 16\). Stop ! Et alors ? Rien pour le moment. Si ce n’est qu’on tourne en rond.

Essayons encore \(2017\) pour voir. La suite des itérés est cette fois : \(2017, 54, 41, 17, 50, 25, 29, 85, 89.\). Et là, on a compris. On retourne au cycle vicieux précédent.

Essayons enfin \(2016\) pour se souvenir :
\(S_2(2016) = 41\) et on se souvient tout de suite que \(S_2(2017) = 54\) et que \(S_2(54) = 41\). Bingo !

Doit-on en conclure que l’algorithme aboutit toujours au cycle d’ordre \(8\) : \((4 16, 37, 58, 89, 145, 42, 20\) ? La conjecture est facile mais l’arithmétique est parfois difficile.

Reprenons depuis le début. Et le début pose tout de suite un sérieux problème.

\(S_2(1)\) vaut \(1\) et reste \(1\) qu’on le veuille ou non.

\(S_2(2)\) vaut \(4\) et le cycle d’ordre \(8\) est atteint.

La suite des itérées de \(3\) est : \((3\), \(9\), \(81\), \(65\), \(61)\). \(16\) ou \(61\), c’est du pareil au même : on rentre dans le cycle infernal précédent.

Doit-on calculer \(S_2(4)\) ? Non, on connaît la réponse.

\(S_2(5) = 25\), \(S_2(25) = 29\), cela sent le déjà vu (voir \(2017\) ).

\(S_2(6) = 36\), \(S_2(36) = 45\), \(45\) ou \(54\), du pareil au même (voir \(2017\)).

Le nombre \(1\) reste-t-il exceptionnel ? Continue-t-on jusqu’à \(10\)? Courage…

Suite des itérés de \(7\) : \((7\), \(49\), \(97\), \(130\), \(10\), \(1)\). Gagné!

Figure 6 : sept

Après ? Si on a envie d’expérimenter systématiquement, à la main, sans « pythoner », et avec un peu de temps, on peut suivre la vidéo à l’adresse:https: //www.youtube.com/watch?v=vR1-r8G-k30 .

Sinon, on passe. Dommage, car on y apprend qu’il existe vingt nombres inférieurs ou égaux à \(100\) qui aboutissent à \(1\) si on leur applique l’algorithme précédent, et que tous les autres aboutissent au cycle d’ordre \(8\).

Il est temps de définir deux types de nombres :

Définition


Soit un entier naturel \(N\) et soit la suite \((u_n)\) définie de la manière suivante : 

 \((u_1)\) est la somme des carrés des chiffres de \(N\)
pour tout \(n\), \(u_{n+1}\) est la somme des carrés des chiffres de \((u_n)\)

 Le nombre \(N\) est dit heureux si, à partir d’un certain rang, la suite \((u_n)\) est constante égale à \(1\) ; le nombre \(N\) est dit  malheureux si, à partir d’un certain rang, \(u_n\) appartient à l’ensemble \(\{4, 16, 37, 58, 89, 145, 42, 20\}\).

Un nombre peut-il être ni heureux, ni malheureux ? Autrement dit, peut-il être dans un état intermédiaire ? Eh bien… non, si l’on en croit la littérature, pardon, si l’on en croit les sites aux adresses suivantes :

http://sayrac.rlc.free.fr/mathfon/Scubechiffre.htmlet  http://sayrac.rlc.free.fr/mathfon/agreable.php

Conclusion : en itérant la fonction \(S_2\), on démontre donc que l’on parvient :

  • soit au point fixe \(1\) ;

  • soit au cycle \((4\), \(16\), \(37\), \(58\), \(89\), \(145\), \(42\), \(20)\) d’ordre \(8\) :

    Figure 8 : Cycle des nombres malheureux

     

Programme Python n° 4

La première fonction prend en paramètre un entier naturel \(n\) et retourne la somme des carrés de ses chiffres. On extrait les chiffres du nombre par une succession de divisions euclidiennes par \(10\).

Fonction somCarChif
def somCarChif(n):
somme = (n%10)**2
n = n//10
while (n != 0):
somme = somme + (n%10)**2
n = n//10
return somme

 

La deuxième fonction teste si une valeur appartient à une liste et retourne un booléen.

Fonction estPresent
def estPresent(valeur , liste ):
for k in range(len (liste)):
if (liste[k] == valeur):
return True
return False

 

La procédure suivante affiche si un nombre \(n\) pris en paramètre est heureux ou malheureux et le nombre d’étapes pour le savoir. Elle fait appel aux deux fonctions précédentes.

Procédure NomHeureux
def NomHeureux(n):
p = n
s = somCarChif(p)
print("La_somme_des_carrés_des_chiffres",
"_de_{}_vaut_{}".format(p,s))
k=1
l=[1,4,16,37,58,89,145,42,20]
while ( estPresent(s,l) == False ) :
k = k+1
p = s
s = somCarChif(s)
print("La_somme_des_carrés_des_chiffres",
"_de_{}_vaut_{}".
format(p,s))
if(s == 1):
print("Le_nombre_{}_est_un_nombre",
"_heureux_d’ordre_{}".format(n,k))
else:
print("Le_nombre_{}_est_un_nombre",
"malheureux".format(n))

 

Pour pouvoir établir la liste des nombres heureux inférieurs à un entier \(nMax\), on crée la procédure suivante qui emploie le même code que précédemment mais traduit en fonction. Elle retourne un booléen.

Fonction estNomHeureux
def estNomHeureux(n):
resultat = True
s = somCarChif(n)
l = [1,4,16,37,58,89,145,42,20]
while (estPresent(s,l) == False):
s = somCarChif(s)
if (s != 1):
resultat = False
return resultat

 

Procedure ListenomHeureux
def listenomHeureux(nMax):
print ("Liste_des_nombres_heureux_de_1",
"_à_{}".format(nMax))
i = 0
forin range (1, nMax + 1):
if (estNomHeureux(k) == True):
i = i + 1
print (k,"est_le_nombre_heureux_n°_", i )

 

Utilisez ces scripts pour afficher par exemple les vingt nombres heureux inférieurs ou égaux à \(100\) : \(1\), \(7\), \(10\), \(13\), \(19\), \(23\), \(28\), \(31\), \(32\), \(44\), \(49\), \(68\), \(70\), \(79\), \(82\), \(86\), \(91\), \(94\), \(97\), \(100\) ; ou bien montrez que \(1880\), \(1881\), \(1882)\) est un triplet de nombres heureux, ou bien que le répunit8 \(11\,111\,111\,111\,\)\(111\,111\,111\,111\) constitué de vingt-trois chiffres \(1\) est un nombre heureux d’ordre \(4\) ou enfin que le nombre uniforme9 \(99\,999\,999\,999\,999\,999\,999\,\)\(999\,999\,999\,999\,999\,\)\(999\,999\,999\,999\,999\) constitué de cinquante chiffres \(9\) est un nombre malheureux !

Remarquez que la somme des carrés de ses chiffres n’est que \(4050\) ce qui est somme toute raisonnable.

N’hésitez pas à chercher la prochaine année heureuse pour la souhaiter à vos élèves. Dépêchez-vous car elle est imminente !

Finalement, les nombres heureux sont nombreux10.

Je suis heureux de vous apprendre qu’il en existe même une infinité : c’est une certitude. Quant à leur densité, elle serait d’environ 15 % : pour le moment, ce n’est qu’une conjecture.

Dans un second article, nous généraliserons cet algorithme à la somme des cubes des chiffres d’un nombre, puis aux sommes des puissances \(p\) des chiffres de ce nombre. Nous appellerons agréables ces transformations et nous verrons également les nombres narcissiques. Nous aborderons enfin les nombres parfaits et les nombres amiables qui ne sont que des cas particuliers de notions plus générales : les suites aliquotes.

Que du bonheur !

André-Jean Glière est professeur de mathématiques en classe préparatoire à l’ÉSÉO (École Supérieure d’Électronique de l’Ouest) à Angers.


  1. Richard Kenneth Guy , né le 30 septembre 1916 à Nuneaton dans le Warwickshire, est un mathématicien britannique, professeur émérite de mathématiques à l’ université de Calgary. Il est connu principalement pour son livre Unsolved Problems in Number Theory et pour avoir coécrit Winning Ways for your Mathematical Plays. Il a également publié plus d’une centaine d’articles sur la théorie des jeux combinatoires, la théorie des nombres et la théorie des graphes. Guy est également une figure notable des études d’échecs.

  2. École Supérieure d’Électronique de l’Ouest, située à Angers.

  3. http://sayrac.rlc.free.fr

  4. Défi n°1 . La réponse : .

  5. Le nom «Lychrel» a été donné à un tel nombre par Wade Van Landingham en l’honneur de sa fiancée, Cheryl. Jusqu’où va l’amour !

  6. Dattatreya Ramachandra Kaprekar (1905-1986) est un mathématicien indien passionné par les nombres. Il publie plusieurs livres qui restent peu connus du public. Martin Gardner, spécialiste des mathématiques récréatives, lui rend justice à partir de 1975. Outre la constante et les nombres qui portent son nom, il s’intéresse aux nombres Harshad, aux nombres de Demlo et aux auto-nombres.

  7. Une telle suite, à savoir qu’un terme quelconque est la somme des carrés des chiffres du terme précédent, est appelée joyeuse.

  8. Un répunit est un entier naturel dont l’écriture, dans une certaine base entière, ne comporte que des chiffres \(1\).

  9. Un nombre uniforme (en anglais repdigit qui provient de repeated digit) est un entier naturel formé par la répétition d’un seul chiffre, le plus souvent dans le système de numération décimale.

  10. Remarquons que tous les termes d’une suite joyeuse aboutissant à \(1\) sont heureux, par exemple 7, 49, 97, 130, 10, 1.

Cet article est réservé aux adhérents.
Si vous êtes adhérent, il faut vous connecter sur cette page puis recharger cette page.